Un chef qui veut jouer au ping-pong est-il plus enviable qu’un N+1 grincheux consignant sur Excel chaque retard de ses sbires? Pas sûr. Quand l’entreprise érige la bonne humeur en obligation, les larmes et la souffrance affleurent

Source : Au bureau, la tyrannie du «cool» – Le Temps

Fermer le menu
massa venenatis ultricies leo Lorem Donec in