Depuis le 16 mars, le cerveau a (presque) été mis en stand-by, moins stimulé qu’à l’accoutumée, ou en tout cas différemment. À quelques jours du déconfinement, une préparation mentale est nécessaire pour sortir de ce mode «slow motion».  Les réponses du chercheur en psychologie sociale Christophe Haag et de Fanny Marteau-Chasserieau, docteure en psychologie et maître de conférences à l’École des psychologues praticiens.

source : Cerveau en pause : le déconfinement devra d’abord être psychologique – Madame Figaro