Le harcèlement moral au travail ne peut être une pratique managériale encouragée, souhaitée ou même ignorée. La loi est très claire à ce sujet et en tant que Docteur en management, spécialiste des questions de santé au travail depuis 2003, je ne peux naturellement pas y souscrire ! Et pourtant c’est ce que laisse supposer le titre de ce billet… Certes, le titre est provocateur pour attirer l’attention mais il est avant tout très réaliste ! Mon expérience de consultant et mon expertise sur les questions de souffrance au travail me permettent en effet de constater que le harcèlement moral n’a jamais été aussi courant dans les organisations, qu’elles soient privées, publiques ou associatives, à échelle internationale ou locale, et ce à tous les niveaux de la hiérarchie. C’est d’ailleurs probablement ce qui explique le très récent consensus de l’Organisation Internationale du Travail sur la lutte contre le harcèlement moral au travail.

Je souhaite donc par cette série d’articles tout d’abord rappeler les principes du harcèlement moral au travail d’un point de vue conceptuel (article n°1) puis juridique (article n°2) tout en renvoyant ces éléments aux réalités managériales et illustrer autant que possible mon propos d’exemples réels tout en gardant l’anonymat des personnes et des organisations concernées. Je partagerai ensuite mon analyse des raisons de sa prolifération et proposerai ainsi quelques pistes de solutions (article n°3) en privilégiant un point de vue managérial et non principalement juridique ou psychologique comme le font la plupart des intervenants en entreprise sur ce sujet.

Source : Harcèlement moral au travail : une analyse managériale de sa prolifération (Article n°1/3). | Blog Management de la Santé au travail et des Ressources Humaines

Fermer le menu
amet, in facilisis id porta. ut dolor. libero pulvinar