Sous pression depuis plusieurs enquêtes de presse en France, au Canada et aux États-Unis, l’éditeur de jeux vidéo Ubisoft a annoncé dans la nuit de samedi à dimanche trois démissions de poids au sommet de l’entreprise : le directeur créatif Serge Hascoët, la directrice des ressources humaines Cécile Cornet, et le directeur des studios canadiens, Yannis Mallat. Ces départs «font suite à un examen rigoureux que la société a mené en réponse aux récentes allégations et accusations de mauvaise conduite et de comportements inappropriés », a indiqué Ubisoft dans un communiqué. Contacté par le Figaro, Ubisoft a précisé que Cécile Cornet quitte son poste mais reste salariée de l’entreprise. Elle y est présente depuis 1997.

Voilà deux semaines que des salariées et ex-salariées de la société ont pris la parole, sur les réseaux sociaux puis dans les médias, pour dénoncer des faits d’inconduites ou de harcèlement sexuel de la part de hauts gradés de l’éditeur. «Ubisoft n’a pas été en mesure de garantir à ses collaborateurs un environnement de travail sûr et inclusif. Ce n’est pas acceptable», affirme le PDG Yves Guillemot dans le communiqué. L’éditeur a mis en place la semaine dernière un outil interne pour permettre à ses salariés de signaler anonymement des cas d’agressions ou de harcèlement. Selon les informations de Libération publiées samedi, la moitié des cas remontés étaient connus des ressources humaines. Ces dernières sont accusées d’avoir étouffé ces affaires.

Source : Harcèlement : trois hauts dirigeants d’Ubisoft remettent leur démission