Les individus qui vous manifesteront le plus d’empathie ne sont pas nécessairement ceux qui ont vécu les mêmes épreuves que vous.

Imaginez : vous venez d’avoir un enfant. Vous êtes submergé, épuisé, et vos résultats professionnels s’en ressentent. Vous souhaitez à tout prix pouvoir travailler une partie du temps à domicile de façon à consacrer plus d’attention à votre famille. L’une de vos responsables a eu des enfants tout en gravissant les échelons de la hiérarchie, l’autre non. Laquelle est la plus à même d’accéder à votre requête ? La plupart des gens vous conseilleraient de vous adresser à la responsable qui a des enfants, en pensant intuitivement que l’expérience partagée fait naître l’empathie. Après tout, elle en est « passée par là » et semble, de ce fait, mieux placée pour prendre la mesure de votre situation.

Nos recherches récentes laissent à penser que cette intuition est bien souvent erronée. Une série d’expériences a fait apparaître que les personnes qui avaient été confrontées par le passé à des difficultés (divorce, promotion manquée…) montraient moins de compassion, face à quelqu’un confronté à des ennuis similaires, que les personnes n’ayant pas vécu ces situations particulières.

Source : Il est plus difficile d’avoir de l’empathie pour une personne lorsque vous avez été à sa place – HBR

Fermer le menu
eleifend massa commodo justo venenatis, Aenean in adipiscing