C’est une première en France. La cour d’appel de Paris a reconnu le bore-out comme une forme de harcèlement moral et condamné, la semaine dernière, la société Interparfums à verser plus de 50.000 euros à l’un de ses anciens salariés. À l’inverse du burn-out, définissant un épuisement professionnel en raison d’un surcroît d’activité, le bore-out, qui désigne l’ennui en anglais, évoque une intense fatigue provoquée par l’absence de travail à effectuer. Dans un cas comme dans l’autre, la dégradation de l’état de santé du collaborateur peut conduire à la dépression.

Source : La justice française reconnaît pour la première fois un cas de bore-out