Le management descendant, viril, stressant, n’a pas la cote. Même s’il reste présent dans nombre d’organisations, on ne s’en glorifie guère, sauf rares exceptions.

À l’inverse, le happy management dans l’esprit Silicon Valley a le vent en poupe. Pour améliorer leur marque employeur, nombre d’entreprises s’évertuent à mettre du fun dans les conditions de travail (tenues décontractées, baby-foot…). Ce management joyeux est sensé libérer les énergies et notamment la parole, indispensable ingrédient du travail.

Pourtant, ces deux formes de management – viril / happy– que tout oppose a priori peuvent dans certaines circonstances se rejoindre dans une forme de « paraître ». En prendre conscience, c’est se donner les moyens de lutter contre le déni de réalité qui représente le principal frein à un dialogue constructif sur les situations de travail.

Source : Le « paraître », principal frein à la discussion | RH info

Fermer le menu
mattis id id non ut et, felis dolor.