Avec le confinement, les séances de visio et d’audioconférences, notamment sur smartphones, se multiplient. À titre d’exemple, l’application Zoom, malgré les controverses sur ses failles de sécurité et de confidentialité, a vu ses utilisateurs multipliés par 20 en trois mois. En réponse, l’application de visioconférence professionnelle de Google (Meet) devient gratuite pour tenter de séduire le milliard d’utilisateurs de Gmail.

En cette période inédite, nos comportements numériques ont changé. Ils ont des effets immédiats sur la surchauffe des réseaux numériques et la surcharge des serveurs informatiques des applications. Cela impacte donc aussi la qualité et la stabilité des réunions virtuelles.

Dès lors, si l’offre d’applications est actuellement pléthorique, tous les systèmes ne se valent pas au niveau de leur consommation énergétique.

Source : Les bonnes pratiques pour des visioconférences moins énergivores sur smartphone