Après l’étude Cegos qui vient de mettre en avant une progression du niveau de stress des salariés avec pour révélateur l’apparition de troubles psychiques (burn out, dépression), c’est au tour de l’enquête menée par Opinionway pour le compte du cabinet Empreinte Humaine d’enfoncer le clou. Avec le reconfinement, la santé mentale des salariés s’est en effet à nouveau dégradée. Le cabinet spécialisé dans la qualité de vie au travail et la prévention des risques psychosociaux (RPS) a interrogé plus de 2 000 salariés en octobre dernier.

Selon les résultats de cette 4e vague de sondage – la dernière date de mai dernier – 49 % d’entre eux affirment être en situation de détresse psychologique (+ 7 points par rapport à mai), dont 18 % à un niveau élevé. La détresse psychologique (1), qui chevauche à la fois des symptômes de dépression et d’épuisement, concerne aussi davantage les managers (58 %).1 million de salariés en burn out

Conséquence : 1 salarié sur 5 présenterait des symptômes de bun out selon cette étude qui s’est fondée sur le test de Maslach (2). « Nous considérons qu’environ 1 million de salariés souffrent de burn out. Cela se manifeste par de l’épuisement, de la dépersonnalisation (dissociation émotionnelle), et par une réduction de l’accomplissement professionnel. L’absentéisme risque d’exploser dans les mois qui viennent », prévient Christophe Nguyen, président du cabinet Empreinte Humaine. De fait, depuis l’apparition du Covid-19, 24 % des salariés ont pris un arrêt de travail en raison du stress ou de l’anxiété, ce qui représente 5, 5 millions de personnes.

Source : Reconfinement : la santé mentale des salariés se dégrade à nouveau