La responsabilité est aujourd’hui sur-employée, présentée comme une injonction et un devoir. Mais quelle est sa place réelle ?

Ce que nous vivons au niveau social, global, planétaire et dans notre citoyenneté se joue aussi sur le terrain de nos vies professionnelles, dans nos institutions et nos organisations, quelles qu’elles soient. La notion de responsabilité n’a jamais été autant au cœur de nos vies. Elle se présente dans tous les domaines de l’activité humaine : juridique, morale, politique, économique, entrepreneuriale… Nous parlons d’entreprises responsables, de la responsabilité de l’employeur, de celle du salarié, de responsabilité pénale, de responsabilité du citoyen…

La responsabilité est aujourd’hui sur-employée, médiatisée, présentée comme une injonction (souvent paradoxale), un devoir incontournable, voire une menace. La crise sanitaire a poussé à son paroxysme l’emploi de ce terme, pour le meilleur ou pour le pire. Or, ce qui nous est présenté comme étant le référentiel des comportements responsables cache parfois une chaîne confuse, souvent occultée de causalités, de responsabilités imputées de manière obscure, non assumées et souvent transférées sur autrui, avec en prime la culpabilité. Cet excès de mobilisation nécessite de revenir sur les origines et les caractéristiques de cette notion de responsabilité, mais aussi de trouver quelques repères susceptibles de guider notre conduite.

Source : Responsabilité, vous avez dit responsabilité ? – HBR