La filiale japonaise de Microsoft a testé la semaine de quatre jours et constaté une hausse de la productivité des salariés. D’autres initiatives germent ici et là comme en Allemagne où une start-up a mis en place la semaine de 25h. Mais généraliser de telles organisations pourraient finir par fragiliser les salariés. Explications.

Source : Travailler moins mais mieux, un phénomène qui séduit jusqu’au Japon | Cadreo

Fermer le menu
ut Donec venenatis, justo quis ipsum porta. elit. elementum non