Depuis 2010, le géant américain du coworking a pris en location plus de 500 immeubles pour y installer ses clients. S’il assure être capable d’honorer tous ses engagements, plus de 40 milliards de dollars de loyers ne sont pas garantis contre les impayés.

Source : WeWork, une bombe à retardement pour les bailleurs ? | Les Echos